+41 79 240 55 19

Il n’existe aucun plafond pour les cotisations AVS-AI-APG-AC, ceci malgré le fait qu’à partir d’un revenu annuel de CHF 84’600.- (base 2018), elles n’engendrent plus aucune rente vieillesse ! Pour rappel, la rente mensuelle pour une personne seule s’élève à 2’350 francs et celle pour un couple à un maximum de 3’525 francs. Ce qui veut donc dire que lorsqu’on déclare à l’AVS un revenu salarial élevé, on subventionne les salariés disposant d’un revenu moins important. Les cotisations versées sur la part du revenu excédant CHF 84’600.- peuvent donc être considérées comme une charge à caractère d’impôt.

Il est alors intéressant de porter son attention sur la prévoyance et plus particulièrement sur les possibilités offertes par la LPP, sachant qu’il est possible de réaliser une économie d’impôts de l’ordre de 35% à 50%.

Il est en effet possible de diminuer sa charge AVS et d’allouer cette somme à des mesures de prévoyance du 2ème pilier (LPP). Les contributions versées à des institutions de prévoyance sont génératrices d’économies fiscales, d’augmentation de rentes vieillesse, d’invalidité et de décès. En outre, chaque franc investi dans la LPP ne peut être taxé ni au revenu, ni à la fortune. Chaque franc alloué à cette forme de prévoyance permet donc une économie d’impôt de 35 à 50 centimes ! Cette réduction engendre également un avantage sur les autres éléments taxables, comme par exemple la valeur locative dont le taux d’impôt et marginal aura tendance à diminuer.

Financer son deuxième pilier est donc l’une des pistes possibles et ceci sans diminuer votre revenu disponible !